La capitale est en fleur. Mais il ne s’agit pas de n’importe laquelle. En effet, ce sont les arbustes de roses de Sharon qui ont partout éclos, égayant de violine la nature autrement parée de son vert estival. Appelée mugunghwa en coréen, l’hibiscus syriacus, aussi connu sous le nom d’hibiscus rose ou bluebird en anglais, n’a pas été choisi comme emblème nationale pour sa beauté, d’ailleurs discutable. D’une robustesse à toute épreuve (parasites, vermines...), cette fleur d’été, qui fleurit de juillet à octobre et dont le nom en coréen signifie immortalité, a remporté ce titre en vertu de sa ténacité, à l’image du peuple timbrecoréen, particulièrement coriace. Nombreuses furent les occasions au cours de son histoire où il démontra sa faculté à résister « aux envahisseurs », qu’ils soient mongols, chinois, et plus récemment, japonais. C’est d’ailleurs à la fin de l’occupation japonaise (1945) qui l'avait pourtant dépouillé de tous ses attributs identitaires, jusqu'à sa langue, que ce symbole fut adopté par la nation. Depuis, cette rose orne notamment quelques pièces de monnaie, des timbres, les façades des commissariats du pays ainsi que les uniformes de ses policiers.

EDIT : parmi la centaine de variétés locales, qui se divisent en trois grandes familles (Baedal pour les fleurs blanches, Asadal pour celles qui portent des points roses sur leurs pétales, et Dansim pour celles au coeur rouge), le gouvernement a précisé en 1990 que la variété Dansim était celle de la fleur du pays.