Comme chef Benjamin l’avait déjà remarqué, le brunch en Occident est exclusivement dominical. Mais en Corée, les règles de quoi manger quand mériteraient presque un guide :

  • Pour de nombreux coréens, jour de pluie rime avec 치지미, une sorte de crêpe de légumes que l’on assaisonne avec une goutte de sauce soja et que l’on déguste en entrée ou en snack.
  • Le jour de son anniversaire, la soupe aux algues (미역국) est de rigueur, en mémoire du régime que maman a enduré pendant un mois suivant l’accouchement.
  • Le 짜장면, plat de nouilles accommodées d’une sauce noire aux légumes et au porc, est dit-on originaire de Chine. Son coût (autour de 4 EUR) et sa livraison chez vous dans le quart d’heure en font un plat très apprécié le dimanche, jour de repos universel (même pour les femmes au foyer !)
  • Les jours de canicule estivaux (ils sont traditionnellement au nombre de trois), c’est la poule-au-pot version ginseng que l’on déguste chaude pour se « rafraîchir » (sans doute grâce à un effet de sudation pervers qui donne l’illusion d’une certaine fraîcheur). Comptez bien le double du prix normal pour un poulet ces jours-là.
  • Quant aux jours de fêtes, vous vous rappelez sans doute que Chuseok était l’occasion de se goinfrer de songpyeons. Les jours de solstice d’hiver, de nouvel an lunaire, ou encore de première pleine lune de l’année (lunaire) sont eux aussi fêtés dignement avec un bol de 팥죽 (bouillie de haricots rouges), de 떡국 (soupe de gâteaux de riz), et de 오곡밥 (riz aux 5 céréales), respectivement. (Plus de détails ici.)

Mais au fait, les jours de neige, on manque quoi ??