Ma banque à moi, c’est ma grande copine. Elle m’accueille à toute heure du jour ou de la nuit, avec un sourire, un bonbon ou de la lumière tamisé, selon. On communique par le biais de bornes souvent bilingues qui raffolent de mes factures. Je découpe le volet qui leur est destiné et leur glisse dans la fente prévue à cet effet, accompagné de ma carte bancaire. Une fois le papier digérée, la borne me remercie d’un reçu en guide de rot. Pour m’assurer de la bonne santé de mon compte, je lui glisse mon carnet de relevés ou 통장 (fini les feuilles volantes qui se multiplient à l’infini) qu’elle avale goulument. Son imprimante s’active, tourne les feuillets et fini par me le rendre, à jour (incluant jusqu’aux transactions effectuées quelques minutes auparavant). Si elle avait des joues, je lui ferait la bise tellement je l’aime, ma banque. Dommage qu’elle ne fasse pas mes courses à ma place…


facture

En illustration, un exemple de facture. Le petit cryptogramme au centre permet à la borne d'identifier le client, le montant dû, etc. Aucun risque de payer la facture d'autrui !