Belle-sœur Choi est fascinante : 36 ans, célibataire (et habitant de ce fait chez ses parents), assistante de direction au sein des bureaux administratifs de l’armée américaine basée à Séoul, elle conduit sa propre voiture et incarne un peu la « femme coréenne du XXIe siècle ». Extraits d’une conversation à trois :

BELLE-SŒUR CHOI (à Monsieur Choi) – Puisque tu pars en France bientôt, pourrais-tu me ramener le parfum L’Instant de Guerlain ? Et puis aussi, un sac Louis Vuitton ? Surtout n’oublie pas la détaxe !

MONSIEUR CHOI – Encore un sac Vuitton ? Mais tu en as déjà deux !

BELLE-SŒUR CHOI – Oui mais ce n’est pas pour moi ! C’est pour le revendre.

MONSIEUR CHOI (à Madame Choi) – Au fait, Guerlain, c’est une marque de quel niveau à ton avis ? Plutôt Chanel ou plutôt Lancôme ?

MADAME CHOI – Euh…

BELLE-SŒUR CHOI – Guerlain ? C’est du niveau de Chanel ! Les produits Guerlain sont supers chers en Corée. Au fait, j’ai vu un produit Vichy dans ta salle de bain l’autre jour.

MADAME CHOI – Vichy ? Ah oui. C’est une bonne marque.

BELLE-SŒUR CHOI – Vichy débarque en Corée et leurs produits aussi sont vendus à des prix pas possibles !

MADAME CHOI – Ah bon ? Pourtant la marque est loin d’être la plus chère en France…

On l’aura compris : les coréennes (qui font usage d’une vingtaine de lotions, crèmes et tonics par jour, dixit l’Oréal) sont incollables en matière de cosmétiques et de luxe. (Certains messieurs en uniforme s’y mettraient aussi, mais c’est une autre histoire…) Quoi qu’il en soit, ceux qui cherchent à leur faire plaisir savent maintenant à quoi s’en tenir.

Malgré le portrait qu'en dresse cet innocent papotage, n’allez surtout pas croire que belle-sœur Choi est matérialiste et frivole. Elle est extrêmement généreuse, adore son petit neveu et chacune de ses visites est l’occasion de gâter Madame Choi avec des chocolate chip cookies, du cabernet sauvignon californien et autres bonnes choses made in USA. Je la soupçonne d’ailleurs – même si elle s’en cache – de subvenir aux besoins du ménage de ses parents (60 ans et 70 ans pour le papa, partiellement invalide suite à une attaque cérébrale il y quelques années). Les exemples illustrant sa piété filiale ne manquent pas et c’est un peu elle qui joue le rôle du fils aîné de la maison (son petit frère étant bien trop occupé à parcourir le vaste monde). Quand je vous disais qu’elle était fascinante…