forever01Je me doute que vous attendez tous la suite de notre première leçon de hangul (pour bientôt, promis), mais j’ai décidé de ressusciter en priorité la rubrique cinéma, en hibernation depuis cet évènement. Bien que je meure d’envie de vous parler de Iron Man, je vais m’autocensurer pour éviter le hors-sujet et traiter plutôt du dernier film coréen que j’ai vu en salle. Il s’agit de 우리 생애 최고의 순간 que l’on prononce Woo-ri Saeng-ae Choi-go-eui Soon-gan mais que l’on abrège souvent par  우생순 (Woo Saeng Soon), ce qui veut dire « Le plus grand moment de notre vie ».

Avant de vous raconter le film, quelques mots de sa réalisatrice dont c’est là du troisième long-métrage (et le premier succès commercial). Yim Soon-rye (임순례) aime titiller des thèmes souvent délicats voire tabous. Le public français a pu s’en rendre compte lors de la sortie au cinéma en 2003 de 여섯개의 시선 (« If you were me » en anglais), dont je parle plus en détail ici.

Basé sur histoire vraie, le film suit le parcours d’une poignée de femmes, pour la plupart mariées, avec un ou plusieurs enfants, et qui sont au foyer. Une passion toutefois les unie : celle du handball. Elles ont d’ailleurs rapporté de leur voyage en Espagne en 92, à l’occasion des Jeux Olympiques de Barcelone, de jolies médailles d’or pour la Corée du Sud. Un véritable exploit lorsque l’on sait que le handball n’est pas un sport très populaire en Corée et qu’il compte donc peu de clubs et peu de sponsors.

En vue des Jeux Olympiques d’Atlanta, on tente de reformer une équipe et l’on se rend soudain compte que finalement, les bonnes joueuses de hand ne sont pas légions. A court d’effectif, on décide alors de faire appel aux anciennes joueuses victorieuses en Espagne. Et là, comme vous pouvez vous en douter, on va assister à plusieurs clashs. Celui des générations d’une part, car ces vétéranes qui ont l’habitude de gérer leur foyer, leurs enfants, leur époux, se retrouvent du jour au lendemain obligées de partager une chambre avec des jeunes filles à peine sorties de l’adolescence, un peu rebelles et qui semblent avoir quelques problèmes avec leurs consœurs si autoritaires.

forever04Ce problème avec l’autorité, nos « ajumas » (qui est le terme coréen pour désigner une femme mariée) l’ont aussi car elles n’apprécient guère leur entraîneur, lui-même ancien joueur de handball très populaire mais trop bellâtre à leur goût et dont elles ne vont pas hésiter à contester les méthodes, ni tester la patience d’ailleurs.

Toutefois, malgré leurs différents, nos équipières se serrent toujours les coudes contre un « ennemi » commun : lorsque deux jeunes handballeuses à la cantine se font brimer par d’imposantes athlètes que l’on soupçonne d’appartenir à l’équipe d’haltérophilie, une ajuma qui bien que deux fois plus petite et plus menue, vient tenir tête aux deux brutes qu’elle traite notamment de mauvaise graine. La cantine est soudain plongée dans un silence nerveux tandis que tout le monde essaye de se faire tout petit pour éviter de déplaire à ce petit bout de femme au caractère bien trempé. Ceux qui ont déjà visité la Corée se sont certainement vite rendu compte qu’il était préférable d’être dans les bonnes grâces des ajumas plutôt que de risquer d’encourir leur foudre. Mais c’est là un autre sujet.

forever03Comme je l’ai déjà dit, nos sportives finissent pas trouver une cohésion au sein de leur équipe qu’elles mettent brillamment à profit jusqu’à atteindre la finale aux Jeux Olympiques d’Atlanta. On assiste alors à un match véritablement historique car au bout des deux prolongations, le score est toujours nul. Il faut donc passer l’épreuve des tirs au but. Bref, les amateurs de suspense sont gâtés. Sans vous donner le résultat final (que ceux qui sont fans de handball connaissent sans doute déjà), un dernier mot sur ce fameux « plus grand moment » dont il est question dans le titre et qui fait peut-être allusion à cet instant où l’on donne tout, sans compter, sans se réserver. Et ces femmes ont prouvé qu’il n’était pas nécessaire d’avoir un gros sponsor qui s’affiche ostensiblement sur les vêtements pour devenir des héros – ou dans ce cas précis, des héroïnes. En effet, quelque soit le sport, c’est avant tout l’histoire d’une passion qui se partage.

Autre moralité de l’histoire : ne surtout pas se fier aux apparences. Alors maintenant, lorsque vous croisez une ajuma dans la rue, demandez-vous si elle n’a pas quelques médailles olympiques cachées au fond de ses placards…

forever02

Forever the Moment
Titre coréen : 우리 생애 최고의 순간
Réalisé par Yim Soon-rae
Avec Moon So-ri, Kim Jeong-eun, Eom Tae-woong, Kim Ji-young  
124 minutes
Sortie en Corée le 10 janvier 2008