Si en France, lorsque l’été pointe son nez, nos météorologues se font un plaisir de nous informer des conditions climatiques le long des côtes de la métropole, en Corée, le bulletin météo s’achève sur un indice un peu particulier : le 불쾌지수 ou discomfort index. Non, on ne rigole pas (comme Madame Choi lorsqu’elle en a entendu parler pour la première fois). C’est un indice à prendre très au sérieux. D’abord, parce qu’il est loin d’être fantaisiste. En effet, ce chiffre est le fruit d’un calcul mathématique tout à fait légitime. C’est un certain E.C. Thom de l’Université de Chicago aux Etats-Unis qui l’aurait mis au point en 1957. Mais avant de vous en donner la formule, commençons d'abord par définir cette notion d’inconfort.

On sait qu’en cas de forte chaleur, le corps génère automatique de la sueur et cette transpiration permet d’évacuer la chaleur excessive sous forme de sudation plus ou moins abondante selon la température ambiante. Seulement voilà, lorsqu’on se trouve dans un environnement où le taux d’humidité est déjà élevé, ce procédé de rafraichissement s’en trouve perturbé. Faute de ne pouvoir éliminer l’excédent de chaleur, le corps voit sa température augmenter, d’où cette sensation d’inconfort.

Voyons maintenant un peu la formule qui permet d’en calculer le taux :

Indice d’inconfort =
0,72 x (température de bulbe sec + température de bulbe humide) + 40,6

Et maintenant, interprétons le résultat :

  • Si l’indice est compris en 70 et 75, environ 10 % de la population est concernée ;
  • Entre 75 et 80, la moitié de la population va en souffrir ;
  • Au-delà de 85, l’inconfort devient insupportable pour tout le monde !

indice_inconfort

Vous remarquerez que les jours de grand inconfort, votre patience à endurer les petits désagréments de la vie s’en trouve, telle une peau de chagrin, fortement diminuée à mesure que la sueur vous submerge. Tout devient corvée. Il est donc fortement recommandé de suivre les conseils que l’on vous donne ici, à savoir : limiter voire arrêter toute activité physique sur le champ sous peine de coup de chaleur !