Allez, terminons-en avec notre alphabet ganadara coréen et voyons un peu les quelques lettres qui nous restent, à savoir les consommes accentuées :

hangul_consonnesacc

Si l’on récapitule, nous avons 9 consonnes simples + 5 consonnes accentuées + 10 voyelles simples = 24 lettres ! Le compte est bon ! Enfin presque.

En effet, prenons les voyelles par exemple ; on peut les combiner pour en faire des voyelles composées et créer ainsi de nouveaux sons. Ainsi, un ㅓ (o ouvert) et un ㅣ(i) donnent un ㅔ (prononcé « ê »), quand au ㅗ (o) et au ㅣ(i), ils ne donnent pas un « oi » français mais un « ué ». (Maintenant, vous savez comment prononcer « Madame Choi » ; les « choï » et autre « choix » ne seront plus excusés !)

hangul_voyellescompo

Et pour finir, voici la liste des quelques consommes qui peuvent être doublées :

hangul_consonnesdoubl

Pour la liste exhaustive de toutes les combinaisons possibles à partir de ces 24 lettres, je vous conseille de consulter cette page qui, ma foi, n’est pas mal du tout.


Petite révision : les lettres se déchiffrent de gauche à droite et puis de haut en bas. Lorsqu’on se trouve face à une syllabe de deux lettres, cela reste assez simple :

hangul_ex04

Rajoutons à ces syllabes une troisième lettre (qui viendra se placer en dessous) :

hangul_ex05

Là où les choses peuvent se compliquer (juste un tout petit petit peu), c’est lorsqu’on se trouve face à une syllabe de 4 lettres. Pas de panique ! On décortique de la même façon, en prenant chaque lettre en partant du haut à gauche pour arriver à la dernière lettre en bas à droite :

hangul_ex06

Sauf que non ! Pour savoir quelles consonnes prononcer, il suffit de se rappeler des quelques règles suivantes :

  1. Lorsqu’on se retrouve avec un mot d’une seule syllabe avec deux consonnes en 받침 (consonne finale d’une syllabe), on n’énonce que la deuxième consonne pour faciliter la prononciation. Ainsi, 닭 (poulet) se lira « tak » (on accentue le ㄱ (g) qui devient alors un k.)
  2. Lorsque les deux consonnes finales d’une syllabe sont suivies d’une syllabe commençant par une consonne prononcée, on se retrouve avec trois consonnes à lire de suite. Cela fait un peu beaucoup alors que fait-on dans ces cas-là ? On ignore tout simplement la première consonne du 받침. Ainsi, 맑다 se lira « makda » et non « malkda. »
  3. Lorsque les deux consonnes finales d’une syllabe sont suivies par une syllabe commençant par ㅇ (la consonne que l’on ne prononce pas) puis d’une voyelle, on prononce toutes les deux consonnes en faisant la liaison. Ainsi, 맑아요 se lira « malgayo. »

Pour la liste exhaustive de toutes les consonnes composées que l'on peut trouver en 받침, je vous renvoie à la wikiversité.