A la lecture d’un article paru dans Le Mondemerci Odile ! – faisant le bilan des avancées de la Corée en matière de nouvelles technologies, on ne peut que constater le retard de la France qui a déjà eu du mal à se défaire de son cher minitel au profit du Word Wide Web, et où les offres haut-débit atteignent tout juste les 20 Méga. Avec en moyenne deux prises Ethernet par pièce, les nouveaux appartements coréens bénéficient d’une connexion à 100 Méga, dont l’accès est parfois inclus dans les charges. Pas besoin de modem : le câble se branche directement au mur et, après une identification succincte, c’est parti pour un surf à en décoiffer les bigoudènes. Une phrase en particulier m’a fait sourire : « La plupart des Coréens n'ont jamais été abonnés à une offre Internet bas débit. » En effet, il y a à peine trois mois (avant le grand départ pour le pays du Matin Calme), je me suis retrouvée à surfer à l’aide d’une connexion téléphonique poussive de 56K suite à l’annulation prématurée de notre abonnement ADSL Neuf Telecom (pour ne pas les citer.) Jamais je n’aurais cru devoir entendre à nouveau les petits bips de composition du numéro suivis de la sonnerie stridente annonçant la connexion qui m’ont fait l’effet d’une madeleine proustienne. Et dire que mes enfants ne connaitront sans doute jamais l’expectative grisante de la découverte d’une page qui se dévoile pixel par pixel, minute par minute…

kt3Pour en savoir plus sur les usages d’Internet en Corée, je vous renvoie à ce petit article que je ne vais pas paraphraser ici. En revanche, voici quelques chiffres tirés d’un autre billet où l’on apprend que les enfants coréens commencent à se familiariser avec Internet dès 3,2 ans, et que 48 % des enfants entre 3 et 5 ans l’utilise régulièrement (4,8 heures par semaine en moyenne.) J’espère que l’industrie de la corde à sauter n’est pas trop affectée…