Myeoneuri (며느리) est le mot coréen qui désigne la belle-fille. En ces festivités de Chuseok,* celles-ci sont particulièrement sollicitées, dans la cuisine notamment. Pour ne jamais être prise de cours, voici les trois items indispensables à toute bonne myeoneuri :

  • la jupe – après tout, il s’agit d’un jour fête et même si la myeoneuri va passer toute la journée dans la cuisine, elle n’est pas dispensée de bien s’habiller ; la jupe est donc rigueur (mais rien n’empêche qu’elle soit aussi confortable) ;
  • les chaussettes – il est bon d’avoir toujours une paire de socquettes blanches propres sur soi car marcher pieds nus devant les doyens de famille est quand même bof bof ;
  • le tablier – il témoigne de la connaissances et l’acceptation des devoirs de la myeoneuri, et offre un accès illimité aux effervescentes cuisines et aux conciliabules qu’elles abritent.

Les accessoires de la myeoneuri se nomment humilité et pudeur et se reflètent notamment dans son salut, qu’elle effectue en se penchant en avant, une main sur son col pour éviter le décolleté impudent (même si elle ne porte pas de décolleté). Lorsqu’elle se met à genoux (pour servir ou desservir la table basse), qu’elle pense aussi à bien plier sa jupe sous les jambes. Sa piété filiale lui dicte de toujours servir les aînés et les hommes en premier. Savoir découper et disposer joliment les fruits sur un plat de service rapporte des points de popularité auprès de sa belle-famille non négligeables.

Quant à ces messieurs, qui ont la responsabilité de dresser la table d’offrande, ils ont tout intérêt à bien réviser leurs points cardinaux. Sur ce, joyeuse fête des récoltes à tous !



* Pour illustrer l’importance de cette « fête des récoltes », sachez que certains n’hésitent pas à passer près de 10 heures dans les bouchons pour aller rejoindre leur parenté et célébrer ainsi Chuseok en famille. Bon, avec la construction de nouvelles voies autoroutières, ce chiffre est récemment descendu à 7 pour un Séoul-Busan (deuxième plus grande ville du pays), mais le propos tient toujours.